Colombia - El Trabajo que Reconecta - general

COLOMBIE
Re-Conectando: Laboratoires de Vérité et de Réconciliation dans le ventre de la Mère Terre,
une initiative qui accompagnera la Commission de la Vérité en Colombie


Janvier 2019

Beaucoup d'entre vous le savent déjà: Helena ter Ellen partira en janvier 2019 pour mener à bien pendant 3 ans un projet ambitieux avec une équipe colombienne: mettre les trésors du Travail qui Relie au service du processus de paix et de vérité, conduit par la Commission de la Vérité. Pour mieux comprendre ce projet et les enjeux qui pèsent sur ce contexte, vous pouvez lire ce qui suit.

 

Que se passe-t-il quand le Travail qui Relie s'invite dans un contexte de (après-)guerre et de construction de paix...?

Nos premiers ateliers "laboratoires" de cet été 2018 dans la réserve naturelle la Zafra (San Rafael - Antioquia) ont confirmé notre intuition qu’un retour à la Terre et “l’inclusion de la Terre” comme autre victime du conflit constituent une dimension essentielle dans cette recherche de guérison, de réconciliation et de création d’un nouvel imaginaire pour le pays.
Les cercles de participants ne reflétaient pas encore la diversité souhaitée (manquaient surtout les élites, les entrepreneurs, etc), mais nous comptions déjà avec des victimes de tous les côtés, des ex-combattants (des Farc notamment, des paramilitaires et des militaires), ainsi que des activistes et des leaders culturels et communautaires. Petit détail important: les participants ne savaient pas qui était qui en commençant l’atelier et ils ont décidé eux-mêmes à quel moment révéler “leur identité” et leur participation dans le conflit - c'était très beau de constater que la membrane créée était suffisament sécurisante pour que la vérité de chacun-e puisse être exprimée, témoignant d'une capacité de se faire confiance. Dans un pays où cet ingrédient fait douloureusement défaut dans les relations quotidiennes, c'est déjà un pari majeur.

Pour pouvoir réaliser ces ateliers, nous avons dû surmonter un tas de difficultés que je n’avais guère imaginées - et qui auraient pu me faire changer d’avis, si je ne vibrais pas tant avec l’âme et les valeurs de notre projet.

L'expérience de 5 jours que dure un laboratoire a été un savant tissage de dynamiques propres aux TQR, de théâtre social et d'explorations dans la nature style "Bill Plotkin" ou "caminatas medicinales". Les légendes et mythes y ont eu une place importante aussi grâce à la présence d'Hector, conteur très doué.

Dans l'étape gratitude, nous intégrons un "marché de soin de la vie" pour que chaque participant puisse parler de processus qu'il accompagne dans sa communauté ou organisation. Une belle façon de se rencontrer à travers les témoignages et une façon de voir comment orienter ces processus vers les objectifs de vérité, vivre ensemble et non-répétition de la guerre. Exploration des trésors dans la nature qui nous aident dans la construction de paix, la coopération. "Conversation sauvage" en découvrant la nature autour de la Zafra pour sentir et observer en "effet-miroir" quel est l'état de la "terre intérieure" de chacun, tellement meurtrie par ce conflict interminable.

Pour ouvrir aux immenses douleurs de la guerre, nous avons recours à un témoignage (vidéo) poignant de Francisco de Roux qui a accompagné des délégations de victimes à Cuba lors des négociations de paix. Impossible de nier la cruaté de cette guerre, la confrontation est terrible. Le "musée de l'innommable", outil du théâtre, nous aide ensuite pour représenter les horreurs de la guerre avec nos corps et mimiques, en étant observé et interprété par les "visiteurs". Des étapes de préparation au Mandala invitent chaque participant à entrer dans sa vérité, aussi douloureuse qu'elle soit, à mettre des mots sur ce qui est enfoui dans la mémoire, refoulé vers l'inconscience. Des demandes de pardon surgissent parfois spontanément, des étreintes entre ennemis antérieurs au milieu des larmes.

En continuant dans notre spirale, pour regarder avec des yeux neufs, nous nous préparons notamment à travers la pratique des "Mes élections pour cette vie" où la personne parcourt ensemble avec un partenaire toutes les circonstances de sa vie, dès sa naissance. Nous n'avons pas recours à la figure de Boddhisatva, figure pas tout à fait appropriée à ce stade de rencontre de victimes et responsables. Mais nous rappelons ce que diverses cosmogonies ont décrit, à savoir que chaque personne est un cadeau de la vie et que nous venons tous au monde avec un "daimon" (mythologie grecque), un "génie" (mythologie romaine) ou une forme de "médecine" (sagesse amérindienne). Il semble alors que l’âme décide de s’incarner dans ce corps (que nous rejetons tellement), dans cette famille (que nous renions parfois et que nous blâmons pour bon nombre de nos défauts émotionnels), dans ce pays (qui a semé la guerre et est profondément injuste) et en ce moment de l'histoire (dans lequel tout semble s'effondrer). Et ces cosmogonies disent que l’âme choisit précisément ces conditions pour activer notre génie, découvrir notre médecine pour le monde et enfin découvrir qui nous sommes. Nous invitons ainsi à assumer la responsabilité des faits de victimisation d'un côté et des conséquences de nos actes de victimisation de l'autre. Ainsi nous pouvons devenir les auteurs de nos vies et non pas simplement les victimes de notre situation. Cette exploration souvent très émouvante est ensuite suivie par une Marche pour la Paix, où chacun tient un fil conducteur sous forme d'un fil de laine et qui représente l'accord de paix, ou ce fil qui nous guide vers un horizon de réconciliation...peut-être. Cette marche en silence dans la forêt et en traversant la rivière avec de nombreux obstacles représente la dimension extérieure, collective de la construction de paix. Impressionnant ce que ce simple fil peut déclencher comme prises de conscience. Une deuxième partie de la marche est en solo, et là on invite nos pélèrins à chercher des pierres qui représentent leurs obstacles (croyances, ressentiments, blessures...) à entrer de tout coeur dans ces efforts de vérité et de paix dans le pays. La taille et le poids des pierres parleront pour eux-mêmes... A l'arrivée du bord de la rivière, accompagnée de contes et de chants, ils décident eux-mêmes si les lâcher et se remettre dans le flux de la vie ou si continuer à marcher avec ces poids...mais alors consciemment. Le bain dans les eaux cristallines du fleuve Rio Arenal qui s'ensuit est un moment de catharsis, de renaissance possible. De l'autre côté de la rive nous attendons ces hommes et ces femmes dans le nouveau village, la nouvelle Colombie, avec tambours, chants et encens...

Et ainsi notre atelier cherche à permettre aux participants à se reconnecter à une histoire plus grande, un amour plus grand aussi... à ouvrir leurs blessures pour y trouver leur don au monde, source de guérison, à se mettre debout, en confiant à nouveau en soi, en l'autre...à découvrir la sagesse et la présence généreuse de la Terre-Mère... Dans une magnifique vallée de pierres, endroit sacré au bord du fleuve et entouré par les montagnes verdoyantes de la Cuenca Arenal, chaque homme, chaque femme exprime son engagement pour la paix, pour la terre, pour la Vie. Les circonstances dans leur pays ne vont probablement pas changer aussitôt, mais en regardant les visages et les regards de chacun et chacune, quelque chose me dit que EUX ne sont plus les mêmes et prêts à être des
guerriers et guerrières de Shambala dans le Tibet colombien.


Quelques témoignages...

Est-ce que le laboratoire t’a aidé à te reconnecter? Avec quoi, qui ou comment?
"Oui, avec la nature: j’ai vécu dans la jungle pendant 25 ans, mais ce sont ces 5 jours ici qui m’ont ouvert les yeux. Jamais avant j’avais conscience de sa beauté et sa valeur, je lui ai souvent manqué de respect en la détruisant. J’ai enfin compris." (un ex-guérillero)

Qu’est-ce qui t’a plu le plus dans ces laboratoires?
"Me sentir libérée de ma haine et ma colère vis-à-vis de mes bourreaux." (une femme violée de multiples fois)."Que les femmes aient pu exprimer leur douleur, elles ont besoin de se défouler et c’était important. Cela m’a beaucoup ému." "Vivre cette intimité avec la nature et avec soi-même, connaître des personnes merveilleuses, et partager sans penser qu’elles sont coupables ou non - je me sentais comme en famille" (un ex-guérillero). "Quelque chose que j’ai toujours refusé: travailler avec des ex-combattants des deux côtés ... Ici j'ai trouvé et reconnu cet autre être humain qui était en chacun d'eux. Puisse le Créateur les bénir et les éclairer pour aller de l'avant."

Est-ce que tu as pu vivre quelque chose d’intéressant avec la Terre pendant le laboratoire?
"La capacité de sentir cette terre vivre; elle sent, elle pleure, elle marche, elle nous accompagne et elle prend soin de nous. Renouer un dialogue profond et sincère avec elle. Je ressens un amour infini." "Cette rencontre avec la Mère-Terre était comme une renaissance, comme un nouveau début."

Est-ce que tu as des suggestions pour Re-Conectando?
"Ma suggestion est de ne jamais arrêter de faire ces laboratoires, peu importent les difficultés que vous devriez surmonter!"

Et voici un petit vidéoclip (déjà soustitré) qui donnent quelques impressions.

Et vous pouvez chanter avec nous notre "Jingle",
conçu spécialemente pour Re-Conectando (ici en traduction).

Renaître,
embrasser la vie à nouveau
dans le ventre
de la Mère Terre

Se réconcilier,
se regarder,
reconnaître que la Vérité
est notre essence


ça y est, cela se passe
not' reconnection est en marche (2x)

Gratitude,
Compassion,
la Spirale de l'Amour,
en intégrant la Paix
dans notre coeur

ça y est, cela se passe
not' reconnection est en marche (2x)

FILMINUTO RE-CONECTANDO from corporación manigua tantán on Vimeo.

Aujourd'hui nous sommes donc en train de monter un projet très ambitieux, avec une très belle équipe (tous Colombiens sauf moi: Luis, Hector, Sergio, Milena, Lorena, Karen, Doryan, Samuel, Daniel, Lilian et autres encore...), et qui, Inch’Gaia, va commencer "pour de vrai" à partir de 2019 pendant trois ans, le temps du mandat de la Commission. J’espère seulement que nous tiendrons bon sous l’énorme pression bureaucratique qu’une convention avec un tel donateur implique (en plus de tout le contexte extrêmement complexe et fragile du processus de paix) et que nous ayons le professionnalisme et l’endurance requis pour mener à bien ce projet à tous les niveaux. Mais là je m’incline aussi devant un destin qui nous a amené ensemble sur ce chemin et la force de l’esprit d’amour qui nous habite tous et toutes.


Pour comprendre ce que c'est la Commission de la Vérité et comment Re-Conectando a pu naître et se faire une alliée de la Commission, voici un lien à suivre...

Et plus important encore: notre site web de Re-Conectando
. Et notre page FACEBOOK.

Si vous voulez nous soutenir, vous pouvez toujours
faire un don au compte de Terr'Eveille,
BE31 5230 8046 9255
en mentionnant DON COLOMBIE et votre nom.


Muchas gracias en nombre de l@s Colombian@s, en camino hacia la paz,
con su Tierra, con su gente...


Si après avoir lu ces témoignages, vous avez envie d'être tenu au courant de la mise en action de ce projet tellement porteur de paix et de sens, vous pouvez vous inscrire dans cette mailing liste spécifique. Un petit groupe de soutien est en train de se former en Belgique, à la fois pour informer notre réseau belge, pour organiser ponctuellement un évènement (de la projection d'un film à une méditation en connexion avec un atelier spécifique) ou pour réunir des fonds.

 



Histoire avec le Travail qui Relie en Colombie - (2014 - 2018) - Articles publiés:
 


Sembrando en tierras fertiles: la ecologia profunda en Colombia
(ver artículo aca, 2014)

---

Una aventura interetnica en San Agustin
(ver artículo aca, 2015)

---

2 talleres ofrecidos inicios 2017 - vea aca

---

2 talleres ofrecidos en 2018, y el último (taller piloto apoyo a la CEV) - vea aca


(2014) - Presentación general

Llevo 16 años visitando y conociendo a Colombia, a sus comunidades campesinas, afros, indígenas, urbanas, cuyas voces el "sistema" intenta silenciar, a sus luchas y celebraciones, su sufrimiento y su resiliencia…Un país que me hace sentir viva en todas mis células y llorar de toda mi alma…me he ido perdiendo en sus paramos y sus llanos, he navegado en sus ríos...he dejado mis huellas en los senderos de barro en la selva, dialogando con los colibríes y orquídeas...

Cuantos tesoros he recibido de Colombia y de su gente! Por eso estoy tan feliz poder ofrecer ahora en Colombia tambien, el tiempo de un nuevo encuentro, mi disposición, mi escucha, mi energía...y una metodología llamada "el Trabajo que Reconecta" (TQR). Es una metodología enraizada en la ecología profunda,
  que fortalece nuestra capacidad para hacer frente a las crisis multiples, en Colombia y en el mundo, de manera que podamos responder con resistencia inesperada y poder creativo.

Helena ter Ellen
associación Terr’Eveille, Bélgica
facilitadora del "Trabajo que Reconecta" 

info@terreveille.be

* * *

Quiero clarificar en seguida algunas cosas...

El "Trabajo que Reconecta" NO proporciona:

  • un dogma o ideología;
  • ninguna panacea para los males de la sociedad (colombiana o otra)
  • ningún mapa para resolver la crisis global o alcanzar la paz
  • ni siquiera la seguridad de que podemos actuar a tiempo para salvar la vida en la Tierra.

 

Lo que SI proporciona es un espacio y un tiempo para:

- sentir la alegría por estar vivo ahora, en este tiempo de época en la Tierra, por poder tomar parte en el camino hacia la paz en Colombia y en el Gran Cambio hacia una sociedad que mantenga la vida

- honrar nuestro dolor por el mundo, por Colombia y expresar nuestra verdad frente a un sistema mundial que nos aliena y que destruye la tierra

- experimentar nuestro ineludible lugar en la trama de la vida, nuestra interconexión con todos los seres a través del tiempo y el espacio

- descubrir una motivación más robusta para unirnos con otros en la sanación de Colombia y del mundo y confianza en el poder que nos sustenta.
 

¿Ecología profunda?
Qué es la “Ecología profunda”?
Pues es lo que los pueblos ancestrales en Colombia siempre han sabido y honrado en su cosmología y manera de vivir: es que somos parte de la Tierra, en lugar de encontrarnos aparte y separados de ella. Somos la tierra viva, es "Gaïa", nuestro cuerpo mas grande. El término "ecología profunda" fue acuñado en 1973 por el filósofo noruego Arne Naess, y este movimiento considera a la humanidad como parte de su entorno, proponiendo cambios culturales, políticos, sociales y económicos para lograr una convivencia armónica entre los seres humanos y el resto de seres vivos. Basándose en ese concepto, el reconocido mundialmente TQR de Joanna Macy tiene por objeto abrir el campo de recursos espirituales y psicológicos que necesitamos para hacer frente a la situación mundial actual.

¿Quién es Joanna Macy?

Doctora en filosofía, especializada en budismo, teoría general de los sistemas y ecología profunda. Importante figura de los movimientos por la paz y la justicia social y ambiental. Joanna (1929) es además una de las fundadoras de la Ecofilosofía y de la Ecopsicología. Desde hace más de cuarenta de años, miles de personas han participado en sus cursos, y su metodología ha sido adaptada ampliamente en contextos escolares, ciudadanos y asociativos. Su exitoso trabajo ayuda a transformar la desesperación y la apatía frente a la crisis ecológica y social, en una acción constructiva y colaborativa, revelándonos una nueva visión del mundo que nos libera de los prejuicios y actitudes que amenazan la vida sobre la tierra. Joanna vive en California pero viaja aún extensamente, dando conferencias, talleres y cursos de capacitación en las Américas, Europa, Asia y Australia.

Visite su sitio web en www.joannamacy.net y www.workthatreconnects.org
El libro de base del TQR existe también en español y puede ser descargado gratis aqui:
“Nuestra vida como Gaia”
.

* * *

Concretamente
Para poder vivir la experiencia del TQR, se necesita un círculo de entre 9 – 12 personas (pueden ser
mas para talleres breves). Un taller puede ser de 2 o 3 horas, un día, un fin de semana, tres o cuatro días. Si es de tres o cuatro días, idealmente es un taller residencial, en un lugar tranquillo en la naturaleza.

El trabajo generalmente se desarrolla en cuatro movimientos sucesivos:
1) procediendo de la gratitud,
2) honrando nuestro dolor por el mundo,
3) observando con ojos nuevos,
4) seguir adelante.

Son las etapas de la espiral del TQR, que es como un flujo dinámico que ordena las actividades.

La exploración corpórea y sensorial esta muy presente en las actividades, para dar a experimentar el fundamental vínculo entre psique, cuerpo y tierra. Hay muchos momentos interactivos, rituales, transmisión y exploración de conceptos (teoría de sistemas, teoría de Gaia, el “Gran Cambio”), y momentos de búsqueda de visión y integración en la naturaleza (si se trata de un taller largo).

A quién está dirigido el TQR

A personas que quieren tomar un tiempo afuera del afán de sus vidas para “escuchar la voz de la tierra llorando en si mismo” y expresarla en un contexto seguro, descubriendo de nuevo su capacidad de compasión y su sabiduría. A personas interesadas en potenciar la creatividad, experimentar y profundizar nuestra relación de interdependencia con los demás y con la naturaleza y reforzar su motivación para preparar colectivamente un futuro sostenible. A activistas, ecologistas y todo tipo de personas que trabajan en la transición hacia un modo de vida más reconectado con la naturaleza y que necesitan potenciar y desarrollar su cambio interno.

¿Quién imparte el taller?

Helena ter Ellen, como facilitadora principal - y ya con 3-4 coequiperos colombianos más, Felipe Medina, Hamid Nativo, Karen Behar, y el acompañamiento especial de Francisco de Roux - vea aca:

Helena, de nacionalidad holandesa y viviendo en Bruselas (Bélgica), conoció el TQR en el 2008. Apasionada por la obra de Joanna Macy, se fue capacitando en varios países. Juntos con dos amigos decidió crear la asociación Terr’Eveille (tiene el doble sentido de "la Tierra se despierta & Cuidemos a la Tierra") para promover el TQR en los países francófonos. Tradujo el libro de base de Joanna Macy, "Coming back to Life" en neerlandés.

El primer viaje de Helena a Colombia tuvo lugar en el 2001, cuando pudo encontrar a todo tipo de comunidades durante una misión exploratoria para una ONG internacional. Se quedó asombrada por la resistencia y la lucidez de esas comunidades y de los defensores de la vida, a pesar de las muchas amenazas y de la “ley del silencio”. Quedó impactada por la naturaleza impresionante, y vio como los megaproyectos poco a poco la estaban desangrando.  Después de haber vivido una experiencia de observadora de paz en Palestina, decidió volver a Colombia en el 2003 para trabajar con los Brigadas Internacionales de Paz en el Choco, al lado de la comunidad afrocolombiana de Cavida y de San José de Apartadó. Desde entonces siempre ha vuelto a Colombia, sea en misiones de solidariedad, o para descubrir todos los modelos alternativos que emergen en Colombia hoy. Ha producido una serie radiofónica “La otra cara de Colombia” para una radio comunitaria en Bélgica. Gana su vida como traductora, pero se siente llamada y inspirada por el movimiento de transición hacia una sociedad que sostenga la vida – ahi ofrece sus capacidades de comunicación, facilitación, de coaching psicoenergetica (la Transición es un movimiento internacional de preparación entusiasta de un porvenir sobrio en energía fósil y más acogedor que el presente). Esta muy feliz vivir desde 2016 en un ecoaldea urbano en Bruselas con 18 familias, llamada "l'Echappée" (la "Escapada") después de 6 años de cocreación juntos!

 

Para más información, escriba a Helena: info@terreveille.be
y nota bien el tiempo de mi estadía en Colombia:
entre el 15 de diciembre y el 10 de febrero 2014.

Me pueden encontrar en skype bajo la ID:
hterellen,
y también en
facebook

"La Madre Tierra no nos pertenece, nosotros pertenecemos a ella"
Mamani Mamani- artista boliviano